Dassault Systèmes rachète Netvibes

Avec 30,4% de marge opérationnelle, l’éditeur de logiciels devance de deux ans ses objectifs.

Le champion français des logiciels engrange de bonnes nouvelles. Dassault Systèmes (dont le premier actionnaire détient Le Figaro) vient d’acquérir pour environ 20 millions d’euros Netvibes, qui aide de grands groupes, tels que Coca Cola et l’agence McCann, à analyser leur impact sur les réseaux sociaux et aide 4 millions de personnes à gérer leur vie numérique en ligne.

«Nous avons acquis une dizaine d’entreprises l’an dernier. Et nous venons de reprendre le spécialiste mondial de générations de tableaux de bord intelligents, Netvibes, conçu par des Français. Nous avons un rôle à jouer dans la sauvegarde de l’emploi, des technologies et du leadership de la France en matière de logiciels», explique Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes. «Comme nous partageons la même vision, la direction de Netvibes a préféré aller avec nous plutôt que d’opter pour d’autres acquéreurs .»

 

Compléter les services

Par ailleurs, l’éditeur de logiciels a engrangé un chiffre d’affaires record de 1,7 milliard d’euros pour un résultat net de 220,5 millions, en hausse de 31,2%. «Avec deux ans d’avance sur l’objectif fixé, nous avons généré une marge opérationnelle supérieure à 30% du chiffre d’affaires», se félicite Bernard Charlès. La marge a atteint 30,4%. Et d’ajouter: «Le chiffre d’affaires a augmenté de 20% pour les nouvelles licences de logiciels et dans toutes les régions. De plus, nous avons intégré sur une année complète l’activité de distribution acquise à IBM en 2010. Ensuite, nous avons démontré qu’il existe une vie pour Dassault Systèmes après le PLM (la gestion de cycle de vie des produits), car nous allons enrichir notre offre d’applications. Un peu comme Google propose Gmail et d’autres services, nous apporterons davantage de solutions comme le préfigure déjà notre plate-forme 3D Experience qui va transformer la manière dont les champions de l’industrie et de la distribution vont créer de la valeur pour leurs clients.»Netvibes sera ajouté à cette plate-forme.

À ce propos, le «cloud computing» est devenu un axe stratégique pour proposer les logiciels à la demande, de manière sûre. Dans ce but, le projet de cloud computing à la française est essentiel, même si Dassault Systèmes s’est retiré en décembre du projet Andromède, conçu avec Orange et Thales. «J’ai décidé de me retirer du projet Andromède, que Dassault Systèmes a initié et porté pendant deux ans, car le coût du service est 40% trop élevé. Nous avons donc déposé avec Vivendi, mardi, un autre projet de cloud computing. Nous proposons 75 millions d’euros chacun et demandons une contribution de 135 millions à l’État. J’ai posé au gouvernement une condition au lancement de cette initiative: si vous investissez dans deux projets, nous retirons notre proposition.»

 

 

Source : bourse.lefigaro.fr

Google Chrome et Android : marions-les !

En version bêta, le navigateur Google Chrome intègre officiellement l’écosystème Android Ice Cream Sandwich.

Légitime à plus d’un titre, cette union logicielle avait su se faire désirer de plus d’un mobinaute. Sa concrétisation intervient à l’heure où la percée des terminaux nomades impose la convergence comme un enjeu incontournable.

Cette continuité dans l’expérience interactive de navigation, Google lui-même la prône depuis 2008 et l’intronisation de son butineur maison, qui en est désormais à sa seizième déclinaison majeure.

A cet égard, la firme de Mountain View évoque la synchronisation de données tels les marque-page et les onglets ouverts, entre l’ensemble des appareils connectés, des PC traditionnels aux terminaux mobiles.

Un point crucial alors que  le navigateur pour l’heure implémenté en standard au sein d’Android, basé sur Google Chrome, gère inefficacement cet artifice, faute d’une optimisation.

Si une telle alliance envisagée de longue date relève de l’inexorable, il n’empêche que le serpent de Mountain View pourrait s’en mordre la queue, son système d’exploitation Chrome OS sujet aux contrecoups de l’entreprise.

Un mal pour un bien. Et pour cause : au dernier pointage de StatCounter, le navigateur de Google, fort de quelque 200 millions d’utilisateurs à l’échelle du globe, devance Firefox pour tutoyer Internet Explorer.

Aux racines d’un tel succès, à l’appui d’une généreuse rétribution des découvreurs de bogues, un cycle accéléré de mise à jour, associé à des technologies prometteuses telles que WebRTC, pour la voix et la vidéo en temps réel.

 

Source : Itespresso.fr

Free condamné à 100 000 euros d’amende pour « pratiques commerciales trompeuses »

Le fournisseur d’accès à Internet Free (dont le PDG, Xavier Niel, est actionnaire du groupe Le Monde) a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à 100.000 euros d’amendes et 40.000 euros de dommages et intérêt pour « pratiques commerciales trompeuses » après une enquête menée en 2007, a annoncé mercredi la DGCCRF.L’opérateur internet du groupe Iliad « proposait en effet un forfait ‘Internet haut débit illimité’ attractif, alors qu’il avait parallèlement mis en place un dispositif de limitation du débit, au détriment de ses clients non dégroupés », précise l’organe public de répression des fraudes. Objectif, pour le fournisseur d’accès : « contenir le trafic, réduisant ainsi la bande passante achetée à l’opérateur historique » France Telecom, explique la DGCCRF.Les dommages et intérêts ont été versés à l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, qui avait déposé plainte dans cette affaire.

 

Source : lemonde.fr

Des caractères spéciaux dans les noms de domaines ?

Source : Lefigaro.fr

Dès le 3 mai, les éditeurs de sites internet pourront acheter des noms de domaines comprenant des accents ou des caractères spéciaux.

Le 3 février, l’Afnic, l’association en charge de la gestion des noms de domaine français a annoncé la prise en charge des caractères spéciaux dans les noms de domaine français en .fr, .re (Réunion), .tf (Terres Australes et Antarctiques Françaises), .wf (Wallis et Futuna), .pm (Saint-Pierre et Miquelon) et .yt (Mayotte).Seront ainsi admis la plupart des accents, mais également certains caractères spéciaux comme æ, ç ou œ. Au total, trente nouveaux caractères devraient être admis dans les adresses prises en charge par l’Afnic. Jusque là, seuls les chiffres et les lettres latines non accentuées étaient pris en compte.La procédure mise en place pour permettre aux sites internet d’accéder à une adresse avec ces caractères se fera en deux temps. Du 3 mai au 3 juillet 2012, les titulaires d’un nom de domaine pourront acheter prioritairement les différentes versions de ce nom, avec accent. Le site spécialisé domainesinfo prend ainsi l’exemple du titulaire du nom societe.fr qui sera le seul habilité à racheter société.fr. Par la suite, dès le 3 juillet 2012, l’achat de ces noms de domaine sera ouvert à tous, aucun privilège n’étant plus accordé au titulaire d’un nom de domaine équivalent. La règle qui s’appliquera sera alors celle déjà en vigueur: le nom de domaine sera vendu au premier candidat souhaitant l’acheter.

Comme le souligne le site spécialisé Numerama, sous couvert d’internationaliser internet et les adresses des sites web, jusqu’ici essentiellement anglo-saxonnes, cette mise en place pourrait causer d’importants contentieux juridiques. Afin de prévenir le cybersquatting, pratique qui consiste à acheter un nom de domaine dans le seul but de le revendre à un prix exorbitant, les éditeurs de sites internet devront «réserver toujours davantage de noms de domaine, qu’ils doivent renouveler chaque année». Ainsi, dans l’exemple du site societe.fr, le titulaire du nom de domaine ne devra pas acheter une seule adresse, mais deux, renouvelables tous les ans. Un cas qui se complique encore davantage avec l’exemple de peche.fr, qui devra être acheté sous les noms péché.fr et pêche.fr, mais également pêchê.fr ou pêché.fr. De quoi augmenter substantiellement les revenus de l’Afnic.

Le bouton Windows disparu dans Windows 8 ?

Source : Tom’s

 

Le bouton « Démarrer » et le menu qui y est associé pourraient disparaître avec Windows 8, annonce le site The Verge.

Le site américain explique qu’il a observé cette suppression sur une capture d’écran de la version « Consumer Preview » de la prochaine version de Windows. Bien entendu, les fonctions auxquelles ce menu donnait accès seront disponibles par un autre biais. The Verge assure que ses sources proches du projet indiquent qu’elles seraient accessibles via un coin actif à l’image de Mac OS X. En touchant le coin inférieur gauche de l’écran, la souris permettrait l’affichage d’un menu Windows en interface Metro.

De son côté, la barre des tâches est conservée avec le système d’épingle introduit par Windows 7. Le bouton « Démarrer » a été introduit il y a plus de 15 ans avec Windows 95. Évoluant au fil des versions, il avait été grandement modifié avec Windows Vista.

L’hommage de Google à François Truffaut

Source : Yahoo.fr

François Truffaut aurait eu 80 ans ce 6 février 2012. Google en fait donc son Doodle du jour. Pour l’occasion, le moteur de recherche a réalisé

trois « scènes » (jaune, bleu et rouge) qui rendent hommage à l’oeuvre de cette figure de la « Nouvelle Vague », représentant trois de ses films, Les 400 coups, Jules et Jim et Le Dernier Métro, à vous de les reconnaître.

Le réalisateur et scénariste est né le 6 février 1932 à Paris et est décédé le 21 octobre 1984. Mort trop jeune à l’âge de 52 ans, emporté par une tumeur au cerveau, « L’homme qui aimait les femmes » marquera à jamais l’histoire du cinéma, en France mais aussi à l’étranger, notamment aux Etats-Unis. Bien avant The Artist, il fut l’un des cinéastes à reçevoir un Oscar, pour La Nuit Américaine (catégorie Meilleur film étranger). Il détient aussi le record aux César avec Le dernier Métro, le film le plus récompensé de la cérémonie (10 Prix dont les 5 majeurs). Il commença sa carrière comme critique pour Les Cahiers du cinéma, aux côtés de Claude Chabrol et Jean-Luc Godard. Il révéla de nombreux acteurs, dont, Jean-Pierre Léaud et Fanny Ardant, sa compagne des derniers jours. Autre hommage, ce soir sur Arte, qui programme deux de ses films, Vivement Dimanche (son dernier long-métrage) avec Fanny Ardant et Tirez sur le pianiste avec Charles Aznavour.

Une PlayBook offerte aux développeurs Android

Source : Tom’s

RIM serait-il en train de draguer les développeurs Android ? Le constructeur canadien offre une PlayBook 16 Go aux développeurs de l’OS mobile de Google, lorsque ceux-ci déposent une application sur sa boutique App World. L’objectif est d’enrichir sa boutique d’applications maison, puisque les développeurs boudent l’OS du fabricant.

.Jusqu’au 14 février seulement.

Cette offre est valable jusqu’au 14 février, après quoi la marque pourrait proposer la version 2 de son système d’exploitation dédié. Rappelons que cette V2 de l’OS de la PlayBook intégrera un gestionnaire de contacts, un agenda, un client mail et d’autres ajouts. Surtout, ce sera l’occasion d’accueillir les applications Android adaptées, ce sur quoi mise essentiellement RIM.

Quand Facebook ouvre ses comptes à Wall Street

Source : Yahoo.fr

 

« Nous ne développons pas un service pour faire de l’argent, nous faisons de l’argent pour offrir un meilleur service. » C’est en

ces termes que Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a choisi de s’adresser aux investisseurs dans une lettre de huit pages qu’il a annexée à son dossier d’entrée en Bourse, présenté mercredi soir à la Securities and Exchange Commission (SEC, l’autorité de régulation). Une façon de souligner que le réseau social compte bien continuer à essayer d’innover, même sous la pression des marchés.

Les chaînes françaises profitent de la fermeture de Megaupload

Source : TF1.fr

La fermeture du site de téléchargement de fichiers Megaupload.com a dopé l’audience des sites internet de plusieurs chaînes de télévision françaises proposant des offres légales de vidéo à la demande ou de rattrapage.